+33 (0) 825 801 141 ou par mail »

  • Linkedin
  • Youtube
  • Anglais

Océalliance : des entreprises embarquées dans une entreprise

Revue30 Guenole Merveilleux OceallianceGuénolé Merveilleux, Président     Revue30 Christilla de Foresta OceallianceChristilla de Foresta, Directrice Ressources humaines jusqu'en 2019

 

Au fil de ses acquisitions, le groupe Océalliance est devenu premier mareyeur de France. S'il a élargi ainsi ses compétences, le groupe nantais a aussi intégré des entreprises ayant chacune son histoire, sa culture...
Zoom sur le projet Cap 2021 : une volonté évidente de mutualiser ces forces autour d'une même vision stratégique.

 

Il a embarqué, l’an passé, pour une nouvelle destination aussi ambitieuse que stimulante. Le groupe Océalliance, leader du mareyage en France, a lancé la construction de son projet d’entreprise : Cap 2021. “Nous avons souhaité bâtir une stratégie sur 3 ans afn de donner une direction et des enjeux forts au groupe”, explique Guénolé Merveilleux, son président.

 

Un "patchwork" de PME familiales

 

Au désir de structurer son développement s’est ajouté le voeu de défnir un cap commun. Car Océalliance constitue au départ une somme de PME familiales, acquises ces dernières années : Foro Marée en 2011, Furic Marée en 2015 et Alliomer, la branche mareyage de Pomona, en 2016. Avec une présence géographique s’étendant d’Arcachon à Boulogne-sur-mer et une implantation en Écosse. “Constitué récemment, notre groupe dispose par ses différentes entités d’un vivier de compétences très variées. D’où l’importance de fédérer les sites et d’identifier entre eux les synergies potentielles”, ajoute le dirigeant d’Océalliance.

 

Ensemble pour construire l'avenir d'un groupe

Au printemps 2018, avec Quaternaire, le mareyeur passe à l’assaut et enclenche ce projet d’envergure. Et ce, en déployant une méthodologie en plusieurs étapes. La première a consisté à établir un diagnostic stratégique, partagé lors d’un séminaire réunissant l’ensemble des directeurs régions et directeurs fonctionnels du groupe. “À partir d’une analyse Swot, mettant en évidence nos forces, faiblesses, opportunités et menaces, nous sommes arrivés au constat que nous avions tout au sein du groupe pour que cela fonctionne, commente Christilla de Foresta, la directrice des ressources humaines d’Océalliance. Pour avancer dans la même direction, il fallait toutefois activer les synergies dormantes et les mettre en musique.”

 

5 axes stratégiques, 25 chantiers à mener

Ce temps collectif a permis également d’identifier des sujets de réflexion et de les répartir. À charge ensuite pour chaque binôme directeur région / directeur fonctionnel de “phosphorer” sur sa thématique pour alimenter le second temps fort : la construction du projet d’entreprise (ambition, objectifs, chantiers, choix du nom…). Océalliance a alors pu définir les horizons vers lesquels il voulait aller : rester leader et accroître son rayonnement européen ; être un réseau d’entreprises partageant l'envie de mieux travailler ensemble. “À l’issue de cette journée structurée par Quaternaire, où chacun a pu librement exprimer ses idées, 5 axes stratégiques jusqu’en 2021 ont été dégagés”, indique la DRH. Le mareyeur s’est ainsi fixé de :
• sécuriser ses approvisionnements,
• adapter son offre et son savoir-faire pour demain,
• améliorer sa performance globale,
• construire une dynamique de groupe,
• définir des engagements ambitieux en termes de QHSE.

 

50 managers impliqués

À l’automne, ce fut au tour des managers d’être embarqués. La co-construction de la feuille de route dégage alors 5 chantiers pour chacun des axes : 2 à court terme, 2 à moyen terme et 1 sur l’année 2019. Pour avancer sur l’axe “Construire une dynamique de groupe”, il a été décidé, par exemple, de remettre à chaque collaborateur, le jour de Noël, une veste au logo d’Océalliance accompagnée d’un courrier sur les visées du projet CAP 2021. À moyen terme, un travail est aussi engagé pour redéfinir l’ADN du groupe, favoriser le sentiment d’appartenance et développer la marque employeur. Engagés depuis le début de l’année, avec le choix d’un pilotage optimisé grâce au digital (Lire encadré), les chantiers donnent déjà des fruits. Le développement du segment GMS via le lancement d’une gamme en libre-service, la montée en compétences des forces commerciales ou encore la mutualisation des achats entre plusieurs sociétés du groupe en sont quelques-uns. “Tous ces pas vers l’avant n’auraient pu se faire sans le profond changement de culture, au niveau du groupe et des métiers, qu’a impulsé ce projet construit par nous tous”, conclut Guénolé Merveilleux. Créateur de synergies entre les sites et de cohésion interne, Cap 2021 trace une nouvelle ère pour Océalliance.

 

 

Le digital pour piloter le projet d'entreprise durablement

Cap 2021, ce sont 25 chantiers d’amélioration déployés par des équipes basées sur différents sites. D’où l’importance de disposer des bons outils pour orchestrer et faire vivre un tel projet dans la durée. Parmi les outils utilisés, le groupe Océalliance a notamment choisi de s’appuyer sur le digital à travers la solution Enjoy your business. Favorisant l’engagement des collaborateurs, cette plateforme collaborative, en ligne, aide à suivre et piloter la démarche dans sa globalité.
Rappel des ambitions et axes forts, synthèse des réunions, indicateurs de réussite, “cailloux” à retirer, succès rencontrés, résultats obtenus… font partie des multiples potentialités de l’outil. De quoi donner un souffle durable au projet d’entreprise.

 

 

Revue30 Logo Océalliance

Portrait de l'entreprise

ACTIVITÉ — MAREYAGE
CRÉATION — 2016
EFFECTIF — 500 SALARIÉS
CA — 200 M€