+33 (0) 825 801 141 ou par mail »

  • Linkedin
  • Youtube
  • Anglais

RDVM 17// Transformer l’Entreprise : Méfions-nous du chant des sirènes !

Ouverture RDVM 2017 ALT

 

 Transformer l'entreprise : 100% d'humain !

 

 

 

 

Nous traversons tous les mêmes évolutions de notre environnement : digital, millenium, enchantement client, uberisation, intelligence artificielle, big data, 4.0,…

 

Transformer l’entreprise pour s’adapter aux évolutions et en tirer le meilleur parti…pas si simple…Entre clients, collaborateurs et résultats économiques… se posent assez vite des questions pour le dirigeant : où j’affecte mes moyens et mon énergie, dans quel ordre ?...

 

Au milieu des flots de recettes qui nous inondent sur les réseaux sociaux, méfiance à 3 sirènes qui nous éloignent de l'essentiel… qui nous éloignent de notre zone d'effort la plus importante, de ce qui fait réellement la transformation.

 

DSC06661 mod jpg

 

SIRÈNE 1 : LE BABY-FOOT…

 

En d’autres termes, le cadre de vie et "l’esprit start-up" comme facteurs essentiels de Qualité de Vie au Travail et de motivation

 

1. Aristote, en son temps, avait déjà bien distingué 2 dimensions dans le bonheur : l'hédonisme, maximisation du plaisir immédiat et l'eudémonisme, positionnant le bien-être comme le fruit de la réalisation de soi et de son plein potentiel.

 

2. Le Credoc démontre dans ses études que le facteur majeur d'influence sur le bonheur des Français est le sentiment de contrôle de soi : de maîtriser son destin, d'être autonome.

 

3. Un scientifique russe a établi la théorie du "flow" comme générateur de bien-être intense dans l'activité professionnelle, qui se manifeste quand on perçoit l'adéquation entre les compétences et le défi à réaliser.

 

4. À la question "Qu'est ce qui améliorerait significativement la qualité de vie au travail dans votre entreprise ?", les salariés positionnent avant tout les perspectives d'évolution, la collaboration avec les collègues et managers, les processus, leur marge de manoeuvre…

 

5. Le succès des "Fablab" démontre comme faire est hautement plus stimulant que suggérer

 

En synthèse, la Qualité de Vie au Travail dépend certes du cadre de vie, mais surtout de l'épanouissement qu'on offrira dans le travail lui-même.

 

 

SIRÈNE 2 : "LE DIGITAL EST MON SALUT"

 

Lieu commun que de dire que l’entreprise qui n'a pas pris le virage du digital voit son avenir compromis! Mais pour faire la différence, ne confondons pas "point de salut sans digital" avec "le digital est mon salut"...

 

La digitalisation avance à vive allure… mais la note moyenne donnée par les Français à la relation client des entreprises stagne à moins de 13/20, et la moitié change de fournisseur chaque année en raison d'un service client jugé insuffisant. Ces résultats révèlent en réalité les failles du management en place : des moyens importants investis sur l’outil, mais une attention insuffisante aux collaborateurs. C'est le principe de la symétrie des attentions : la qualité du management produit la qualité du service.

 

Dans le même temps, on compte sur le manager pour "accompagner la transformation digitale", mais on l’entraîne à sa perte si on ne l'accompagne pas lui-même, lui qui perd un de ses pouvoirs majeurs : l’information. Le manager doit être accompagné pour retrouver légitimité et contribution : de distributeur d'informations à accompagnateur de motivation et de compétences, de centralisateur à pignon de la relation extérieure, d'expert de son domaine à expert de la connaissance de son environnement, de dérouleur de stratégie à catalyseur d'initiative personnelle…

 

En synthèse, le digital transforme… si on se donne les moyens de faire suivre l'humain…

 

 

SIRÈNE 3 : NOUS ET NOS DOUDOUS…

 

Dans la tourmente, le démon nous guette : le refuge dans ce pour quoi nous avons été conditionnés…

 

1. La motivation extrinsèque

Nous avons été éduqués pour penser qu'une récompense permet de tout obtenir. Or, il est prouvé scientifiquement que la motivation de la récompense a un effet positif sur la réalisation de tâches simples… mais un effet dévastateur sur les
tâches complexes…
On fait les choses parce qu'elles intéressent et qu'elles ont du sens, c'est-à-dire parce que nous en avons une maîtrise, parce qu'elles nous amènent à nous dépasser, parce qu'elles servent une cause qui nous dépasse.

 

2. Le contrôle
La volonté de contrôler relève pour partie d’un sentiment de pouvoir, celui de rendre le jugement final sur ce qui est "bon" ou "mauvais". Alors qu’on affirme une volonté forte de piloter "PAR LES résultats", on continue à piloter "LES résultats", exiger un reporting sur court terme, qui réduit par l’horizon de temps la marge d’initiative, d’action dans la durée et donc l’autonomie. Laissons place à un peu de "chaos" d’initiatives, moyennant que nous ayons rempli notre mission de dirigeants : donner une vision claire qui cadre ces initiatives et définit l’espace d’autonomie.

 

3. Recherche de son égal
Les patrons que nous sommes sont là parce qu'ils se sont battus, distingués des autres… naturellement, nous recherchons l'homme ou la femme providentielle qui pas et en serons frustrés et engagerons moins de projets car "n'aurons pas la ressource"… Cherchons ce qu'on peut faire avec les talents et les potentiels que nous avons, cherchons le meilleur de nos collaborateurs.

 

En synthèse, transformer l'entreprise relève bien de 100% d'humain… et ça commence par nous, les dirigeants.

 

Pour recevoir la synthèse complète de cette journée, contactez-nous