+33 (0) 825 801 141 ou par mail »

  • Linkedin
  • Youtube
  • Anglais

Shiseido donne à la maintenance un parfum d'excellence industrielle

Revue30 Sylvain Willem ShiseidoSylvain Willem, Directeur du site Shiseido Gien

 

Mieux vaut dépenser son énergie à prévenir qu’à guérir. Un fondamental maintenance devenu adage pour Shiseido ! À Gien, le groupe cosmétique a formé ses équipes à être plus proactives, plus autonomes. Comment a-t-il fait de cette maintenance forte, un réel levier de performance ?

 

Il y a 3 ans, dans le Loiret, Shiseido a vu ses machines s’emballer. Suite à l’acquisition de la licence Dolce Gabbana (40 % de son activité actuelle), son site industriel de Gien a dû doubler le volume de production en un an, tout en intégrant nombre d’évolutions technologiques.

 

Sortir de la posture "pompier"

Ruptures de pièces, taux d’arrêts plus élevés, collaborateurs sous tension… Cette montée en cadence n’a pas été sans impacts, en particulier pour la maintenance qui a subi ce changement de braquet. “Jusqu’alors les techniciens de maintenance résolvaient essentiellement les problèmes en mode réaction. Mais cette posture ‘pompier’, dans ce contexte de forte activité, a montré clairement ses limites”, commente Sylvain Willem, le directeur du site Shiseido Gien. En 2018, le fabricant de parfums décide donc de repenser profondément ses approches. Et de passer d’une logique dépannage / réglage à une maintenance efficace, puisant sa force dans l’anticipation et l’amélioration.

 

Ancrer la performance maintenance

Accompagnée dans cette mutation par Quaternaire, l’entreprise dresse d’abord un état des lieux précis de ses pratiques maintenance, de son organisation, des points d’amélioration et axes de travail. C’est à partir de cette “photo” éclairante que s’enclenche le projet Maintenance 2020. Avec, dès le démarrage, une adhésion collective. “Le diagnostic maintenance a permis de mobiliser les équipes concernées autour d’une feuille de route partagée, favorisant l’esprit d’équipe dès le départ”, observe ainsi Sylvain Willem. À ce stade, l’objectif devient clair : il s’agit de développer ensemble la performance maintenance et de l’ancrer durablement au sein de l’usine de Gien.

 

13 chantiers de progrès

Pour impulser cette dynamique, 13 chantiers prioritaires sont déployés en 3 vagues entre 2018 et 2019. Conduits chacun par un groupe de travail, ils favorisent les “bonds en avant” sur les plans organisationnel, managérial et humain. En témoigne le chantier “Organisation de la maintenance” qui a permis de définir une organisation cible on ne peut plus optimale ; grâce à la formalisation des rôles et responsabilités de chacun, la validation de cet organigramme avec les RH et la direction et sa communication auprès des différents services.

Idem pour le chantier “Formaliser les comptes-rendus d’intervention”. La création d’un fichier d’interventions, la définition par les techniciens de son mode d’exploitation et des règles de saisie permet aujourd’hui au site de Shiseido Gien de non seulement tracer les interventions maintenance mais aussi de s’inscrire dans une démarche d’amélioration continue par l’analyse de l’historique. D’autres travaux ont également été menés pour doter les équipes de méthodes et d’outils efficients, qu’il s’agisse de tableaux de bord, du management visuel ou encore du plan d’animation maintenance.

 

Ressources réorganisées : du temps libéré

Shiseido Gien a placé, de même, la question de la compétence au coeur de cette transformation. Outre le recrutement d’un responsable maintenance, apportant sa vision métier, son expertise et des méthodes éprouvées, le site a mené une profonde réorganisation des ressources humaines.
Pour libérer du temps aux techniciens, et leur permettre d’accélérer sur la maintenance préventive et améliorative, les opérateurs régleurs ont notamment été formés à de nouveaux gestes, les rendant plus autonomes sur le volet dépannage (Lire témoignage de Florent Gourdel).
Faisant évoluer les process et postures sur le site à un rythme soutenu, le projet Maintenance 2020 donne déjà des résultats, avec la progression d’un indicateur clé pour Sylvain Willem. “Nous avons gagné 5 % sur le taux de rendement synthétique”, souligne ainsi le directeur de l’usine. Boostant la performance industrielle grâce à une maintenance optimisée, mieux structurée, la démarche a des effets aussi sur la qualité de vie au travail. Impliqués dans le projet, se sentant davantage écoutés, les femmes et les hommes de Shiseido ont retrouvé la fierté d’évoluer au sein de la communauté maintenance. Dans les ateliers, de nouveau, flotte comme… un parfum de sérénité.

 

 

 

Revue30 Florent Gourdel Shiseido

"Entre maintenance et producion, place à la transmission du savoir"

Florent Gourdel, Responsable de production et maintenance du site industriel Shiseido Gien.
“Grâce au projet Maintenance 2020, nous avons pu améliorer notre organisation en retravaillant notamment l’organigramme. Nous avons créé ainsi deux catégories de postes à savoir les techniciens opérationnels, chargés du dépannage des machines, et les techniciens méthodes, assurant l’organisation de la maintenance préventive. Le site a été également réorganisé en 4 pôles de production et les techniciens interviennent désormais sur des lignes dédiées, pour lesquelles ils ont développé une expertise spécifique. Autre changement de posture, cette fois : loin des ‘supermen’ qu’ils incarnaient parfois, les techniciens sont aujourd’hui dans la transmission de savoirs. Se positionnant davantage comme des coachs auprès des opérateurs régleurs, ils leur font exécuter les bons gestes maintenance pour qu’ils puissent se les approprier, progresser et gagner en autonomie. Un nouveau type de relations, plus qualitatif, s’établit ainsi entre la maintenance et la production…”

 

 

 

Portrait de l'entreprise

ACTIVITÉ — FABRICATION ET CONDITIONNEMENT DE PARFUMS Revue30 logo Shiseido
CRÉATION — 1991
EFFECTIF — 300 SALARIÉS
PRODUCTION — 40 MILLIONS D’UNITÉS PAR AN